Tourisme

Tourisme > Sites Touristiques Communaux

Sites Touristiques Communaux

Coux : nom d’origine celtique signifiant “hauteur”. A l’origine, Coux était une dépendance de Lubilhac situé au hameau de La Charrière, où se trouvait l’église paroissiale.
Le village se développe au XVIème siècle autour de l’ancien prieuré, alors que Lubilhac tombe en ruines.
Sous Henri IV, et sur l’impulsion d’Olivier de Serres, natif du Vivarais, l’implantation du mûrier permet le développement des moulinages le long de l’Ouvèze et du Mézayon qui seront progressivement abandonnés puis restaurés en habitations. Grâce à sa situation géographique, Coux servira de défense avancée lors du siège de Privas, place forte protestante, tout comme Coux, sous le règne de Louis XIII. Le Duc de Montmorency prit Coux et avança sur Privas qui capitula en 1629.

LE COEUR DU VILLAGE

Le Pont du Village
Le Pont du Village
La Porte Principale
La Porte Principale
Le Bacha
Le Bacha
Une Fenêtre
Une Fenêtre
L’Arceau
L’Arceau

Le Pont (XIVème siècle)  : Ce pont d’une seule arche, en grès et calcaire, a été modifié en 1629. Depuis 1932, il est inscrit à l’Inventaire des Monuments Historiques.

La Porte Principale  : Voici le passage unique de la route Le Pouzin-Privas par la Vallée de l’Ouvèze. Coux, porte de Privas, a servi de base de défense lors de son siège.

Les Calades  : De l’Occitan “ruelles pavées en galets”. Voici trois calades : "du Pont", "du Peintre"et "de l’Echauguette".

Souche de Cheminée (1530)  : Ou "Cheminée Sarrazine". Cette maison a servi d’hôpital de secours lors du siège de Privas. Le Marquis d’Uxelles y mourût.

L’Eglise et la Place de l’Eglise  : D’une architecture simple, elle fût relevée en 1664 sur la base d’un ancien prieuré, grâce au Curé Jean Blanc et les Etats du Vivarais. Une place fût aménagée, ainsi qu’un cimetière à l’arrière. Ces dernières années, la place a été agréablement réaménagée, éclairage et dalles. Seule la grotte, lieu de rassemblement religieux a été conservée. L’Eglise, par son clocher, s’élève sur la Vallée de l’Ouvèze.

Porte Centrale  : Voici la porte centrale qui fermait le village "clos". Laissons-nous conduire par la rue principale.

La Rue du Village
Maison 1744 : Sur l’emplacement d’une demeure du XVIIème siècle. On peut voir une pierre avec un cœur renversé et les initiales D.M., date de l’union de Marguerite Montusclat et Jean Durand (cousin de Marie Durand).

Maison 1600 : Maison la plus ancienne où nous relevons sur une pierre la date de 1600

Ruelle des arceaux : Elle donne un aperçu des anciennes ruelles du village.

L’ Arceau : Cet arceau n’avait pas de fonction défensive, mais servait à faire communiquer et à étayer deux maisons.

Le Mûrier : Ce mûrier, seul restant d’une allée qui déterminait la fin de la Grand Rue, a été planté en 1606, du temps d’Henri IV.

Le Bacha : Ce bassin, daté de 1911, creusé dans le grès, recueille l’eau d’une source. Il servait à alimenter en eau les habitants et animaux du village. La coutume veut que les jeunes mariés viennent "jourter" le Bacha pour leur assurer une union belle et solide.

LE MOULIN DE LA PATAUDEE

IMG/jpg/moulin_047.jpg
IMG/jpg/moulin_037.jpg
IMG/jpg/moulin_043.jpg
IMG/jpg/moulin_041.jpg
IMG/jpg/moulin_027.jpg

En 1811 on redécouvrit, sur le site d’Onclaire en bord de rivière, une longue bâtisse consacrée au moulinage de soie. Converti en moulin à farine à la fin du 19e siècle, le moulin fonctionna avec des hauts et des bas jusqu’en 1956. Puis abandonné, il s’est en partie effondré, enfouissant sous les gravats toute la partie mécanique.

La commune de Coux a acheté les terrains des bords de l’Ouvèze en 1975. Elle a aménagé les abords du moulin d’Onclaire et aujourd’hui, le camping, les chambres d’hôtes et l’auberge attirent de nombreux touristes. Elle a entrepris également la restauration du moulin de La Pataudée. Les bénévoles de l’association Arts et Mémoires s’y retrouvent chaque mardi pour défricher, déblayer les gravats, mettre hors d’eau le moulin afin de pouvoir l’ouvrir au public. Toutes les pièces mécaniques ont été dégagées et démontées pour être rénovées. L’association Arts et Mémoires ne manque pas d’initiatives pour faire vivre les lieux. Elle organisera des visites guidées des moulins et du village de Coux. Un bâtiment voisin du moulin sera également restauré afin d’accueillir un musée de la boulangerie et des expositions. Un circuit de promenade balisé est en projet, en partenariat avec le Parc Naturel régional des Monts d’Ardèche, pour inciter à découvrir moulins, village et grottes de ce beau pays.

LE SENTIER DES GROTTES DE LA JAUBERNIE

Plateau de la Jaubernie
Plateau de la Jaubernie
Dalle de pierre "Le Clapas"
Dalle de pierre "Le Clapas"
Trace d’extraction d’une meule
Trace d’extraction d’une meule
Entrée d’une grotte
Entrée d’une grotte

Par les nombreux sentiers, partez à la découverte des hameaux et de la Grotte de la Jaubernie, lieu de retraite et d’habitation provisoire pendant les guerres de religion. Au dessus des grottes se trouve une grande dalle de pierre “Le Clapas” dans laquelle on observe des cavités circulaires : ce sont les traces de l’extraction de meules de pierres utilisés pour les moulins de la région.

LES TERRASSES

Masneuf
Masneuf
Les Terrasses de Masneuf
Les Terrasses de Masneuf
IMG/jpg/terrasse-2.jpg

Un DVD intitulé "Coux et son histoire" et un dépliant "Visite guidée" sont disponibles en Mairie.

Mairie de Coux - Espace des Grads - BP723 - 07000 Coux - Tél : 04 75 64 22 04 - Fax : 04 75 64 59 27